Il y a dix ans, Nolwenn Buvat quittait France Télécom pour se lancer dans l’entreprenariat. Pari gagnant pour cette boulonnaise de 49 ans… Aujourd’hui, Lygo, la contraction de Les Yeux Grand Ouvert, fabrique 200 000  objets publicitaires équitables par an.

Chèches, papeterie, trousses, pochettes de voyage,  totebags, T-shirts… tous les objets publicitaires fabriqués par Lygo ont une particularité : ils sont issus du commerce équitable. « Ils sont produits au Sénégal par des personnes illettrées ou en situation d’handicap » précise la fondatrice, Nolwenn Buvat. « Quand France Télécom nous a donné, à nous employés,  la possibilité de partir avec une certaine somme pour créer son entreprise, j’avais l’idée de me lancer dans le social business » explique-t-elle, «  je voulais montrer qu’il était possible de faire du développement en Afrique ». Mission accomplie.

La pétillante quadragénaire emploie une vingtaine de personnes au Sénégal. « Nous avons un atelier et nous en avons deux autres en sous-traitance » détaille-t-elle. Et à la question de savoir pourquoi avoir choisi ce pays pour s’implanter: « C’est un choix pragmatique. D’abord on y parle français. Ensuite, en Afrique de l’Ouest il y a peu de pays en paix. Sans oublier qu’il peut y avoir des soucis d’acheminement de marchandises. Par exemple au Cameroun, il faudrait deux semaines de plus ». Lygo travaille également avec une association togolaise qui recycle des sachets d’eau en plastique.

Et le futur ? «  Nous étudions la possibilité de devenir fabricants pour des revendeurs, on développe beaucoup notre offre de packaging équitable. Dernièrement un viticulteur nous a demandé des sacs pour les bouteilles. Les magasins en vrac sont très demandeurs également de conditionnement, et nous travaillons sur des sacs pour les sénégalaises qui souhaitent vendre du mil ou d’autres céréales ». Lygo a donc de beaux jours devant eux.