A l’approche de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme le 2 avril, des photos d’enfants atteint par ce trouble s’exposent à l’espace Landowki. Une manière d’ouvrir les yeux sur cette pathologie dont souffrent 600 000 personnes en France.

Après Paris, Bordeaux, Marseille… l’exposition itinérante et gratuite « Je suis autiste et alors ?» s’installe du 11 mars au 2 avril à l’espace Landowski. Des photos d’enfants souffrant de ce trouble ont été prises par Yann Arthus-Bertrand, Nikos Aliagas et Audrey Guyon,  photographe professionnelle et également maman d’Eléonore, 6 ans atteinte du syndrome de Rett ( ndlr : maladie génétique rare). « Cela me tenait à cœur de porter un regard différent sur l’autisme explique-t-elle « d’ordinaire, le handicap on ne le rend pas beau alors j’avais envie de montrer le contraire. Cette expo permet de dépasser la vision qu’on a des personnes autistes au premier abord. » Quant à Nikos Aliagas, Laure de La Ronde, vice-présidente de SOS Autisme atteste qu’ « il a réussi à capter des émotions intenses avec mon fils qui était pourtant très agité. Malgré les crises à répétition, avec patience, il a su saisir la bonne expression au bon moment » .

Les vingt-huit panneaux de l’exposition sont également accompagnés de témoignages de parents, récoltés par Olivia Cattan, journaliste, écrivain et présidente de SOS Autisme France.

Au travers de cette exposition, SOS Autisme a pour objectif de lutter contre les clichés et les préjugés qui entoure l’autisme. Trouble qui affecte 600 000 personnes en France. Et l’association d’afficher sur son site ces constant alarmants : « La France a 40 ans de retard sur la prise en charge de  l’autisme. 20% d’enfants sont scolarisés et moins d’ 1% des adultes ont un emploi » .